Billets d'humeur du mois de décembre 2017

Textes de Jean-Claude Carlier (Curé)


 

Dimanche 3 décembre

Un immense trésor ! Un écrin dans lequel nous avons grandi où nous nous sommes épanouis, dans la confiance. Certes, nos parents ne furent pas nos seuls éducateurs, nous avons eu d’autres formateurs, d’autres maîtres : les colos, les mouvements de jeunesse, nous ont beaucoup apporté. Un papa sociable, généreux prêt à rendre un service, une maman qui menait la barque, aimant recevoir, nous poussant à aller au bout de nos possibilités, beaucoup d’amour ! La Famille aujourd’hui est fragilisée, plus qu’hier sans aucun doute : en échec, en recomposition… elle engendre beaucoup de souffrances. Est-ce le souci de l’enfant qui est premier dans nos choix ? Ce que je sais, c’est que nous étions aimés par nos parents, choyés et que nous passions avant eux dans tous leurs choix de vie ! Parfois, j’ai l’impression que l’homme veut jouer à l’apprenti sorcier. Demain lorsque nous pourrons choisir le QI, la couleur des cheveux, le sexe de son enfant… pourquoi nous le refuser ? Pape François a affirmé que « tout ce qui est techniquement possible ou faisable n’est pas forcément éthiquement acceptable ». Soyons réalistes. Des familles vivent des situations difficiles. Des jeunes se cherchent une identité. Faisons attention de ne pas apporter plus de blessures par nos propos, nos convictions, nos combats, sans doute respectables… O joie ! Il y a des familles unies, des jeunes épanouis, des enfants heureux. Oui, la famille est un trésor ! Le Christ est venu partager notre humanité au cœur d’une famille… Que sa bénédiction repose sur toutes nos familles, quels que soient leurs histoires, leurs parcours, leurs destinées ! Chloé me disait: "J'espère qu'à Noël papa et maman vont se retrouver avec mes demi-frères et moi, pour une belle fête en famille".


 

Dimanche 10 décembre

Souvenirs ! Les enfants ignorent ce qu’est un tablier. L’utilisation principale du tablier de nos grands-mères était de protéger leur robe parce qu’elles n’en avaient que quelques-unes seulement et qu’il était plus facile de laver le tablier que la robe. Mais aussi, il servait comme gant pour enlever les plats chauds du four. Le coin du tablier était idéal pour sécher les larmes des enfants. Et à l'occasion, il était même utilisé pour nettoyer les oreilles sales. Dans le poulailler, le tablier était utilisé pour recueillir les œufs, les poussins difficiles et parfois pour transporter délicatement les œufs mi- éclos afin de terminer l’éclosion dans le four à basse température. Lors de la venue d’étrangers dans la maison, ce tablier était une cachette idéale pour les enfants timides. Et quand le temps se refroidissait, grand-mère l’enroulait autour de ses bras. Ces anciens tabliers ont essuyé plus d’un front en sueur, qui se penchait sur le poêle à bois chaud. Il servait aussi à transporter dans sa nappe le bois d’allumage et les bûches jusqu’à la cuisine. Dans le jardin, il a essuyé et transporté toutes sortes de légumes. Grand-mère s’en servait aussi pour casser les noix et séparer les petits pois de leur chambre verte. À l’automne, le tablier était utilisé pour transporter les pommes tombées des arbres. Quand le dîner était prêt, grand-mère sortait sur le porche, agitait son tablier haut la main afin que les hommes comprennent, du champ, qu’il était temps de rentrer pour le dîner. Jamais autre chose n’a remplacé ce bon vieux "tablier" qui a servi à de nombreuses fins.


 

Dimanche 17 décembre

"Tu visites la terre et tu l'abreuves, Seigneur" dit un psaume. C'est bien. Mais nous en avons tous, à certains jours, ras-le-bol de la pluie. Et pourtant: bienfaisante pluie! La pluie nous rappelle d’où nous venons : de l’eau. Nous sommes de l’eau. Et c’est pour cela qu'il nous arrive de pleurer. C’est pour cela que ne pas pleurer est aussi grave que lorsqu’il ne pleut pas. Lorsque l’homme se dessèche, lorsqu’il s’éloigne de ses racines, de son sang, de ses veines, de son cœur, il n'est plus qu'un désert sans désir. Posez donc vos mains sur votre cœur quand il pleut dehors : vous sentirez en lui une profonde gratitude, une allégresse d’enfant. Parce que la pluie est une fête pour les enfants, surtout pour ceux de la ville que nous avons abandonnés à la solitude des écrans. Ils doivent sortir dans la rue quand il pleut, il faut leur réapprendre à se mouiller sous la pluie, à marcher et à sauter dans les flaques. Pluie. Pluie. Ecoutons le message de la pluie. Il pleut afin que toute l’horreur et la douleur du monde puissent être lavées. Ce monde de la technique qui nous submerge en oublie de toucher et de respirer notre mère la terre. Un monde déconnecté de ce qu’il y a de plus réel: la vie, la nature. François d'Assise est un poète qui, comme les enfants, a connecté son cœur aux battements de la pluie et chante : " Loué sois-tu, Bon Seigneur par le Vent, la Pluie, la Brume et par notre Mère terre qui nous porte et nous recueille" Ne dites plus: "fichu temps!" mais "bienvenue ma sœur la pluie !"


 

Dimanche 24 décembre

Le peuple n’était pas là par gaieté de cœur ; il avait été assigné par l’empereur afin d’être taxé. Auguste voulait s’assurer que tous les citoyens reçoivent leur déclaration d’impôt. En d’autres termes, les gens étaient venus pour donner et non pour recevoir. Cependant, le plus beau des cadeaux se préparait, à leur insu. Qui aurait pu penser que le plus beau trésor des cieux était là à portée de regard ? Le plus grand cadeau de l’humanité fut enveloppé de mystère. Personne n’y prêta attention, sauf quelques bouseux, des bergers curieux de voir ce petit émigré. Oui, le Fils de Dieu entra dans l’humanité sans place pour lui. La vie terrestre de Jésus commença dans une étable et se poursuivit sur une croix, pour s’achever dans un tombeau vide. Toute sa vie, il eut pour objectif de nous réconcilier avec son Père, et de nous préparer une place dans son ciel de gloire. Quelle grâce ! Lors de sa naissance, les hommes lui ont donc donné une étable délabrée car il n’y avait pas de place pour lui à l’hôtellerie. Les gens passaient à côté de l’étable, sans manifester le moindre intérêt pour cet enfant né dans la paille. Cependant, il est né pour nous préparer une place à l’hôtel du paradis. Un hôtel une étoile, mais quelle étoile! C’est pourquoi, tous ceux et toutes celles qui auront suivi l'étoile ne resteront pas dehors devant les portes du ciel. Chacun sera invité à entrer dans la maison où la table sera dressée avec un peu de pain, un peu de vin. Mais quel festin !


 

Dimanche 31 décembre

Les gens sérieux diront que notre vocation est de grandir, de devenir un adulte, un être responsable, autonome. Mais gardons un esprit d’enfance. Il est riche de projets, d’étonnements, d’émerveillements, d’avenir... Dans un de ses livres, “Prisonnier au berceau” Christian Bobin parle d’enfance, de neige et d’anges. C’est surtout un éloge de la vie quotidienne, celle que nous traversons tous et toutes avec son horoscope ou son tarot de chances, de luttes, de désillusions, de plaisir, de banalité. Un encouragement à appréhender les événements, les imprévus, les inattendus avec patience. Ce quotidien, à bien le lire, est si riche qu’il en devient plus léger, plus supportable face aux soucis, embarras, tracas et contretemps journaliers... Je cite Bobin, au fil des pages. “J’écris ce livre pour tous ces gens qui ont une vie simple et très belle, mais qui finissent par en douter parce qu’on ne leur propose que du spectaculaire” - “Si nous savions regarder le réel de chacun de nos jours, nous tomberions à genoux devant tant de grâce” - Beaucoup de très belles choses nous attendent, sans jamais s’impatienter de ne pas nous voir venir” - “Rien n’est plus adorable que la pauvre vie de chaque jour, toute entière remise entre nos mains” - “La carte du quotidien, quand on la défroisse, présente les mêmes sentes et les mêmes reliefs que la carte de l’éternel” - “Trois anges sont descendus du ciel... l’ange des heures creuses, l’ange du coeur vide et l’ange du ciel pauvre...” En ce début d’année, pour chaque jour, je vous souhaite des heures pleines de joie, un coeur débordant de bonté et un ciel riche de paix. Belle année dans la simplicité... de l’enfant!

Unité Pastorale - Célébrations du mois

MessesDominicalesUP-Octobre-2018

Cliquez sur l'image pour agrandir ce tableau

MessesDominicalesUP-Novembre-2018

Prochains évènements

mercredi 17 Oct
Tournoi de Boules
jeudi 18 Oct
Tournoi de Boules
vendredi 19 Oct
Tournoi de Boules
samedi 20 Oct
Tournoi de Boules
samedi 20 Oct 18:00 -
Fête du Patro
samedi 20 Oct 19:00 -
Réunion du Conseil Pastoral
dimanche 21 Oct
Tournoi de Boules
lundi 22 Oct
Tournoi de Boules
mardi 23 Oct
Tournoi de Boules
mercredi 24 Oct
Tournoi de Boules

Abonnement à la feuille paroissiale

Entrez votre nom et votre adresse de messagerie afin de recevoir la feuille paroissiale par courriel :

Flash d'informations

RGPD : MODIFICATION DE NOS MENTIONS LEGALES
Le vendredi 25 mai 2018, le règlement général sur la protection des données est entré en vigueur. L'Unité pastorale a mis à jour ses mentions légales en conséquence (voir article 6 des conditions d'utilisations).

UN NOUVEAU NOM POUR CE SITE INTERNET
Créé en 2008 pour la paroisse de Templeuve (nommée depuis lors « clocher »), le site internet www.paroissedetempleuve.be s’est petit à petit ouvert aux autres clochers de la région Tournai-Ouest. Cette « entité » porte depuis quelques temps déjà le nom de « Unité Pastorale Tournai-Ouest ».

Si le nom du site porte déjà le nom de l’Unité Pastorale en lieu et place de la paroisse de Templeuve, l’adresse du site www.paroissedetempleuve.be restait inchangée. Depuis le 28 juillet 2018, ce changement d'adresse a été effectué.

Bienvenue à www.unitepastoraletournaiouest.be.

Pas d’inquiétude à avoir. En tapant ou en cliquant sur www.paroissedetempleuve.be, vous serez automatiquement envoyé sur la nouvelle adresse. Vous aurez 2 mois à partir du 28 juillet pour modifier vos favoris.

L’équipe d’Animation Pastorale.

Aller au haut